ICAA

Institut Culturel Afro-Arabe
Des Régions Africaine et Arabe intégrées, acquises aux principes d’équité, de paix, de tolérance, de solidarité et de prospérité
Présentation

Historique

Depuis de longues années, les relations entre le continent africain et le monde arabe existent. Ces relations sont profondément enracinées dans l’histoire, la géographie et la culture. Les relations commerciales, l’expansion de l’islam et la langue arabe parlé au Nord et à l’Est du continent, ont renforcé les vagues incessantes de migration interne afro-arabe. C’est ce qui explique l’héritage culturel commun et l’influence de la civilisation islamique en l’Afrique.

Les dirigeants africains et arabes tiennent à perpétuer cette relation historique. Lors du premier sommet afro-arabe, tenu au Caire en mars 1977, les deux parties ont décidé de renforcer la coopération mutuelle dans tous les domaines. L’Institut Afro-Arabe pour la Culture est une expression de cette volonté commune. Fondé en 2002, l’’Institut Afro-Arabe pour la Culture, est une institution à but non lucratif, cofinancé par l’Union Africaine et la Ligue des États Arabes. Il a pour but d’élargir et d’approfondir les relations Afro-arabes. Son siège est à Bamako, République du Mali.

S’agissant de son organigramme, il dispose d’un Conseil Exécutif au sein duquel, les gouvernements africains, arabes et autres institutions y sont représentés. Le directeur général vient d’un pays arabe et son adjoint d’Afrique. L’Institut s’efforce de corriger les perceptions et les stéréotypes erronés résultant de la période coloniale et d’approfondir la compréhension mutuelle entre les peuples arabes et africains.

Parmi les activités de l’Institut, il y a l’organisation des ateliers, séminaires, conférences, cours de formation, des expositions, des événements sportifs, l’impression et la publication des livres et d’autres activités culturelles.

L’Institut doit être restructuré pour inclure la recherche des « études stratégiques » dans le but de le transformer en un groupe de réflexion et un organe consultatif à la fois pour la Ligue des États arabes (L.E.A) et l’Union africaine (U.A). Cependant, le processus de restructuration n’est pas encore achevé. Selon les lignes directrices de la stratégie et la coopération Afro-arabe, les 30 prochaines années, l’Institut est appelé à jouer un rôle de premier plan dans le domaine de la coopération culturelle et la mise en œuvre des résolutions de l’U.A et L.A.S résolutions.

Le budget de fonctionnement annuel de l’’Institut provient de la Ligue Arabe et de l’Union Africaine. Il reçoit également des dons de la part des gouvernements, des organisations privées et des particuliers.

Parmi les projets en attendre de l’Institut depuis (sa création) en 2002, il y a la création d’un Festival Afro-arabe biennal entre les pays Arabe et africains ; un séminaire sur les problèmes des migrantes arabes et africaines, leurs familles et identité en Occident. Il faut ajouter à ces activités la parution du volume 11 du livre sur les manuscrits africains, écrits en arabe. La publication du premier volume date de 2005.

Galerie Photo


Galerie Vidéo